Simon, étudiant en thèse à l’IGBMC

Engagé dans les études médicales mais toujours autant passionné par les sciences et la recherche, c’est assez naturellement que je me suis tourné vers le double cursus Médecine-Sciences proposé à l’Université de Strasbourg. Dès la deuxième année de médecine, j’ai pu recevoir des cours sur des sujets divers, allant de la biologie moléculaire à l’optique des microscopes, en passant par la chimie organique. Les différents axes d’étude m’ont aidé, au fil du temps, à développer une culture pluridisciplinaire et à aiguiser mon sens critique. Les stages réguliers en laboratoire m’ont également permis de me familiariser avec l’environnement de la recherche, ce qui a été un véritable plus pour mes futurs projets. C’est un peu après que j’ai pu me consacrer complètement à mon Master 2 de Physique Cellulaire (à l’interface entre la physique et la biologie) au sein de l’UFR de Strasbourg. Une fois diplômé, j’ai fait le choix de continuer en thèse. C’était pour moi l’opportunité de me dédier pleinement à la recherche et à la science, sans autres contraintes pendant trois, voire quatre ans. La période avant l’externat est pour moi le moment idéal : peu avancé dans les études de médecine, le retour après la thèse se fait plus facilement. L’idée de faire une thèse pendant l’internat était pour moi contraignante car une implication totale dans un projet de recherche est plus difficile à combiner avec la clinique. Aujourd’hui, je travaille dans une petite équipe de 7 personnes, au laboratoire de Physique Cellulaire à l’IGBMC (Illkirch), et je recommande cette expérience, unique et enrichissante.