Sophie, étudiante en DFGSM3

Au premier semestre de PACES, j’ai apprécié les sciences, surtout la biologie, alors quand j’ai appris qu’il y avait un Double Cursus Médecine-Sciences à la Faculté de Strasbourg, je me suis dit « pourquoi pas ? ». Après des mois de réflexion, j’ai envoyé mon dossier et je ne le regrette pas ! Mon état d’esprit était de postuler pour me laisser la possibilité de faire de la recherche plus tard, ne sachant pas du tout ce que je souhaitais.

Les cours de deuxième année sont très intéressants et représentent surtout un moment privilégié entre une dizaine d’étudiants et des chercheurs qui viennent nous présenter leurs travaux ou leur domaine d’expertise. Certes, cela demande un investissement, mais il est assez plaisant de faire des sciences à côté de la médecine, cela donne une perspective différente !

J’ai fait mon premier stage d’été dans le cadre de l’ « International Summer Internship » de l’IGBMC à Illkirch et j’ai eu la chance de pouvoir rencontrer d’autres étudiants qui venaient de l’étranger. Faire un stage en laboratoire est très enrichissant : cela permet de voir en pratique des techniques que l’on nous a enseignées théoriquement, mais aussi de prendre part à un projet de recherche. On peut ainsi se rendre compte de l’importance de la recherche pour les avancées en médecine !

À côté de cela, j’ai eu l’occasion d’assister à plusieurs congrès, plus précisément ceux des associations française et européenne des doubles cursus (AMPS et EMPA). Au-delà des conférences, cela m’a permis de rencontrer beaucoup d’étudiants faisant le même cursus, avec chacun son propre sujet d’intérêt, ce qui permet une certaine ouverture d’esprit !

Cette année, en troisième année de médecine, je suis le master de Biologie Moléculaire et Cellulaire Intégrée (BMCI) de la Faculté des Sciences de la Vie et plus particulièrement le parcours Biologie Génétique et Moléculaire (BGM). J’ai choisi ce master, tout en sachant qu’il se base sur la recherche fondamentale,  parce qu’il se distingue de ce qu’on apprend en médecine et permet d’en savoir plus sur tout ce qui va de l’ADN à la protéine et sur les multiples moyens de régulation qui existent à chaque niveau. Je pense que cela se prête assez bien au sujet de recherche général qui m’intéresse le plus : la cancérologie !